• Karine Boileau

Accepter les cycles - la Langueur

Il y a exactement 3 jours, je me sentais comme une grosse larve végétative. Loin de moi l'idée de me dénigrer, mais ça reste la meilleure image et comparaison pour décrire comment je me sentais en dedans : une larve. Pas la plus jolie figure de style, mais efficace et straight to the point.


Une larve. Même pas une chenille... et surtout pas un papillon! Vraiment, juste une larve qui existe, mais à qui on n'attribue à la base rien "d'exceptionnel" de son vivant. Promis j'arrête de répéter le mot "larve" après ma petite entrée en matière. (Aussi, en écrivant ceci, je rencontre une envie folle de démarrer des recherches sur les dites larves, je suis certaine qu'on ferait des découvertes extraordinaires sur leur mode de vie, de nos yeux caché, et de leur utilité dans le monde des insectes, mais bon, on s'écarte du point.)


Enfin bref, ce que j'ai envie de dire et partager en écrivant ces lignes, c'est que je me sentais tellement neutre, tellement lourde, tellement amorphe et presque même insensible, que j'ai décidé de googler mon sentiment dans la barre de recherche.


"Sentiment de vide, lourdeur"


Google m'a dirigée vers une panoplie de liens tous aussi intéressants les uns que les autres - dont celui-ci. Merci Marie-Eve Laforte de Noovo!


Premièrement, je suis (maintenant) heureuse de savoir que, comment je me sentais, ça s'appelle la "langueur". Je ne le savais pas, et je suis vraiment contente d'avoir un terme pour finalement décrire adéquatement cet état d'être qui vient me visiter une fois par mois... Toujours avant mes lunes.


Crédit photo : Unsplash @aaronburden


Mes "lunes" ici voir : mes "périodes" ou mes "règles" comme on dit en bon québécois.


Si vous me suivez depuis un certain temps vous connaissez maintenant ma fascination pour le cycle menstruel féminin, cet incroyable outil et AMI de la femme. Depuis que je m'y connecte et que je l'étudie de façon plus active, je me découvre sous une nouvelle lentille. Non je n'étais pas "irritée" ou "impatiente" comme on aime si bien catégoriser le fameux SPM (l'automne des lunes). Je me sentais vide, voir presque indifférente à tout ce que j'étais appelée à voir/côtoyer contrairement à mon habitude (c'est-à-dire les environs 27 autres jours du mois).


Pas envie de rien écouter à la télé (déjà que ce n'est pas tant ma tasse de thé à la base), pas envie de répondre à mes messages même si ceux-ci provenaient de personnes que j'adore, pas envie de me doucher ou de ne rien faire. Pyjama et colleux avec ma minie (elle fait partie de moi celle-là) étaient mes seules envies et ma ligne directrice.


Ce qui est spécial c'est que pour la première fois depuis toujours, j'ai essayé de ne pas juger. De ne pas juger mon état.


Le définir de "mauvais" m'a toujours fait du tord depuis l'adolescence et le définir de "bon" ne semblait tout simplement pas coller. Végéter = pas productif = pas bon? Végéter = se reposer et respecter son corps = bon? Trop compliqué.


J'ai donc "laissé être".


OMG.


J'ai. Laissé. Être.


Pour de vrai.

Pour la première fois.


Pendant trois jours, j'ai été dans un état de langueur. Je n'étais ni malheureuse, ni incroyablement heureuse à sauter au plafond et répandre des paillettes partout. Je n'étais ni particulièrement triste ou mélancolique. J'étais neutre. Dans un entre-deux habituellement incroyablement inconfortable pour la "LITTLE MISS SUNSHINE" que j'aime être, et que je connais également appréciée des gens.


Je n'avais pas d'énergie et j'ai respecté ça. J'ai écouté les enseignements de ma thérapeute et coach (#gratitudeinfinie pour Marjorie Picard), différents mentors & inspirations (gratitude encore pour Andréanne Jutras) pour de vrai, pour la première fois, je me suis permis d'ÊTRE sans JUGER.


Et juste là, comme ça : je viens de gagner un combat magistral qui va changer ma vie. Rien de moins!

Crédit photo : Unsplash @CourtneyChessnut


Évidemment, alors que j'écris ces lignes, l'énergie est de retour. Ma batterie est "full" et je suis primée et motivée à nouveau.


Je viens d'avoir plein d'idées magiques pour le printemps 2022 (j'ai tellement hâte de vous partager tous mes projets et prises de conscience!!! - stay tuned) et je suis vraiment reconnaissante de m'être écoutée et reposée durant trois journées qui m'ont quand même semblées interminables. Et là que j'y pense, avec la quantité de travail phénoménale qui m'attend pour mener tous ces projets à terme, j'aurais dû prendre une semaine à larver!!! Haha. Mais bon, ce n'est pas moi qui décide, c'est la nature, c'est MA nature.


Energy is back, embrace it!


Alors.


Je partage ça avec plein d'amour pour démocratiser les CYCLES sous toutes leurs formes (féminins, naturels, saisonniers) et pour les honorer. Je suis une vulgarisatrice et ... enseignante! -ça fait drôle à dire, mais on s'assume et on se célèbre- et c'est ma mission, mon plaisir et mon devoir de partager mon expérience pour qu'on se rende compte ensemble qu'on est UN.


On est tous pareils!

Et différents.

Et c'est ça qui est beau.


Alors à toi, belle âme, qui ne se sent pas vibrer aujourd'hui, toi, qui a peut-être le "motton" ou qui vit un inconfort, qui traverse une période lourde ou qui est possiblement en quête de sens... Je te dis : tu n'es pas seul(e).


Ça nous arrive tous parfois; on est dans la brûme ; on traverse une période qu'on qualifie de "plus obscure", "moins agréable".


Certains plus longtemps que d'autres.

Certains plus intensément que d'autres.


(Voir post à venir sur "Les cycles - l'Intensité" - !! Vous allez voir que j'en suis une intense... et je travaille d'ailleurs encore et toujours à m'aimer COMME je suis sans me JUGER.)


Alors, sur ce... Je vous envoie une grande et douce vague d'amour. Si ce texte a pu faire du bien à, ne serait-ce qu'une personne, j'aurai fait un bon bout de chemin et j'en suis très fière.


Douceur. Amour. Clémence. Acceptation. Laisser être. Namasté... et... juste pour vraiment bien finir avec ma signature à moi : Pura vida! xx J'vous aime. Merci d'avoir pris le temps de me lire. Vraiment.


Ah et finalement. Si tu te demandes pourquoi j'ai mis des images de neige, c'est que ça aussi, ça m'a fait du bien. Juste regarder la neige tomber. Ça m'a fait du bien.

Crédit photo : Unsplash @HideObara

110 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout