• Karine Boileau

Reconnecter à son bonheur

"I am writing this story sitting in my sweet childhood home. A place filled with love and joy." Ce matin, je reprends les deux premières phrases de mon chapitre "The Power of Speaking your Truth" paru dans le volume 1 de notre magnifique livre de co-création d'agents de bord, parce que c'est la meilleure façon pour moi, de "set the tone". - Après fini les expressions anglaises, promis - ou pas, haha!


Assise dans ma magnifique et douce maison d'enfance, dans le confort si précieux et rassurant que mes beaux parents d'amour ont su créer et cultiver pour nous... c'est ici que je trouve l'énergie et la force de me déposer et que je me permets "d'être" à nouveau. Je n'ai pas beaucoup dormi, mais ce matin, je me réveille avec le bonheur au coeur et j'ai envie de partager ma joie. J'ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par où commencer. D'abord, je pourrais débuter par te demander comment toi tu vas, vraiment? Idéalement, avec un petit punch à la Jessica Version B.

Comment tu vas, vraiment? Deep down? Au creux de toi? Moi je t'avoue, et ce n'est pas un secret pour personne, ça a joué au yoyo pas mal encore ces derniers temps. Les montagnes russes d'émotions c'est l'histoire de ma vie depuis toujours. Hypersensible. Hyper émotive. Hyper hormonale. Hyper toute. Je t'avoue que les deux trois dernières années n'ont pas été de tout repos et que même si les choses commencent à se replacer, ça rentre dedans pareil.

Et fort à part de ça.


J'arrive à la fin de ma vague, je le sens qu'on est entrain de changer de chapitre, de changer de livre même, concrètement et énergétiquement, mais reste que c'en était une méchante grosse et elle a été vraiment salée par bouts.


Un beau gros tsunami d'aventures, d'anecdotes, de prises de conscience, de gestion de crises & de "mode solutions" étourdissant... J'ai passé les deux dernières années et demi à nager très fort pour garder la tête en dehors de l'eau, et c'est avec le coeur brisé que je me rends compte que beaucoup trop de belles âmes n'ont malheureusement pas eu cette chance. Il y a un grand nombre de personnes qui se sont laissées couler et ça me fait tellement mal en dedans de voir ça.


Je ne sais pas pour toi, mais je n'ai jamais autant entendu parler de suicide que depuis la pandémie. Ça me terrifie, littéralement. Ça m'affecte. Vraiment beaucoup. Beaux amours, restez en paix et veillez sur nous depuis les nuages... Et pour ceux ou celles qui pourraient avoir les idées embrouillées, parlez à quelqu'un, parlez-moi, n'importe quand, je vous en prie. Faites sortir le venin. Je vous jure que la vie est magnifique et vaut vraiment la peine d'être vécue peu importe nos embûches ou nos difficultés. Tout est vraiment passager... Je sais que ça sonne cliché, mais c'est vrai.


Pour revenir à ma vague, mon raz-de-marée émotionnel à moi...

Tsé, pour vrai... j'aurais pu me laisser flotter plus au lieu de tout le temps essayer de nager à contre courant.


De toute évidence, on ne peut pas s'agripper à l'eau, et c'est tellement la plus belle des métaphores! Des fois - et j'ai presque envie de dire tout le temps, on doit juste se laisser porter et voir où ça va nous mener au lieu d'essayer de tout contrôler. Mais bon, on est des drôles de bibittes les humains et ça a l'air qu'on est ici pour apprendre, évoluer et s'améliorer avec le temps. En tous cas, merci pour les apprentissages mon bel Univers! Ils rentrent au poste vitesse grand V et tes messages sont clairs. J'apprends, je chemine. Je te le jure.


Si vous me connaissez personnellement, vous savez que j'ai pas mal toujours eu le bonheur "facile". J'ai grandi dans une famille où on n'a jamais eu besoin de m'expliquer ce que c'était la "gratitude" et la "reconnaissance" parce que ça faisait tout simplement déjà parti de notre environnement. Je me suis toujours émerveillée naturellement des petits et grands spectacles de la vie. Je suis de celles qui se perd à contempler le ciel ou à refaire son plein d'énergie d'un simple coup de vent frais sous un quinze minutes au soleil. Normalement, ça ne m'en prend pas gros pour être profondément et sincèrement heureuse.


Je t'avoue que dernièrement cependant, je me sens débalancée.


Dans mon dernier article sur le blogue, j'ai parlé de langueur, mais on dirait qu'ironiquement, au lieu de juste aborder le concept, je l'ai laissé se tailler une place dans mon univers, une place beaucoup plus grande que celle que je n'aurais jamais pensé lui accorder. Et ça me fait sentir vraiment bizarre en dedans.

"J'veux jamais que la lumière s'éteigne au fond d'mon p'tit bonheur..." Tu te souviens de ces belles paroles de Kaïn?

De la chanson, "le Bal du Vieillard" - doux souvenir de mes 16 ans.

"L’heure est au bonheur et m’inspire la candeur... J’ai l’sourire facile, la quiétude au cœur..."


Ces mots vibrent en moi depuis mon adolescence. Ils ont, à leur façon, un peu construit ma vision de la vie. Une vie riche et douce, parsemée de petits et grands bonheurs. Pas parfaite, pas sans obstacles ni efforts, mais une vie remplie de magie et de sens malgré les défis du quotidien.


Eh bien, en toute transparence, depuis récemment... une certaine lourdeur m'habite et ça commence à m'inquiéter. L'énergie maussade et "normale" qui venait autrefois me visiter que temporairement semble doucement vouloir prendre plus en plus de place malgré tout le beau dans ma vie. Ce qui, avant, me comblait et remplissait mon réservoir de bonheur (le faisant même déborder!) n'a plus tout à fait le même effet... et je me sens fragile.


Alors, un peu poussée par mes proches qui m'aiment et ne veulent que mon bien, j'ai dû appliquer mon propre conseil et parler.


J'ai verbalisé à ma petite maman d'amour, à mon bel amoureux et à certains amis en qui j'ai tellement fort confiance comment je me sentais, sincèrement en dedans. Ça n'a pas été facile d'être autant honnête et d'avouer que "mon bonheur ne goûtait plus aussi bon"... Mais je sais que c'est une étape nécessaire pour retrouver mon équilibre, pour me retrouver. Je suis rendue là.


Et ouf... Juste ça, ça a déjà fait tellement de bien!


Juste en parlant, vraiment, sincèrement, en crevant l'abcès et les tabous...

Pour la première fois depuis longtemps, je me suis sentie vraiment écoutée. Soutenue. Épaulée.

On ne m'a pas joué de "Nenon, tu vas voir, ça va bien aller, ça va passer!", ou de "mais tu as une belle vie, je ne comprends pas pourquoi tu te sens comme ça"... Oui! Je sais que j'ai une belle vie! Évidemment, c'est moi qui la crée à tous les jours! Mais là là, live là, j'ai MAL en dedans.

Et juste en me sentant écoutée, d'un coup, la moitié de ma lourdeur s'est envolée.


Je me sens maintenant confiante. Prise en charge.

Je sais qu'ensemble, on va trouver des solutions.


Doucement, un petit pas à la fois, pour que je retrouve mon équilibre, mon petit bonheur intérieur.

Et ça me soulage déjà énormément.

Initialement, je te parlais de bonheur...


Hier, j'ai eu la chance de faire un retour dans le temps en assistant à un show de musique électro en plein-air et ce matin, je suis encore sur un high et sincèrement, mon doux que ça fait du bien! (Un high doux, conscient, rempli de sérotonine!? - Je suis très heureuse d'aussi mentionner que j'ai assisté à ce spectacle complètement à jeun! Et ça aussi, ça me comble.)


Pour beaucoup les foules sont synonymes de stress et d'inconfort, pour moi, dans ce contexte précis qui invite au relâchement, à la folie et aux paillettes, ça rime avec une grande excitation! J'adore le monde. J'adore les humains, et surtout les humains heureux, en mode "party" peu importe ce que ça signifie pour chacun individuellement, prêts à s'amuser, vibrer et lâcher leur fou. J'aime voir les sourires, les yeux qui pétillent... Pour moi, un festival, c'est un grand terrain de jeu pour adultes où chacun peut crier, rire, sauter, danser sans se préoccuper des jugements... C'est la liberté, le retour à soi, le retour à notre enfant intérieur. Un beau grand terrain de jeu et c'est magnifique.


C'est ironique parce que quand mon amoureux m'avait offert les billets pour mon anniversaire, je n'avais vraiment pas réagi comme il s'attendait et il avait été déçu de me voir presque neutre, voire même blasée, devant ce magnifique cadeau. Tsé quand je te dis que ça tourne pas toujours rond ces temps-ci... Aussi, cette semaine, alors que mes amies nous bombardaient de messages pour exprimer à quel point elles avaient hâte, moi je me sentais encore maussade. J'étais contente d'y aller, mais sans plus. Je ne ressentais pas l'emballement habituel que je connais normalement avant ce genre de soirées auxquelles j'adore normalement assister... C'était juste correct.


Mais...

Une fois sur place.

Avec mes meilleures amies, anciennes et nouvelles, toutes confondues...

OMG.


Un pur délice.

Je me suis sentie vivante.

Vraiment vivante.

Pour la première fois depuis un p'tit bout.

Encore une fois, malgré toute la beauté dans ma vie.

Ça a rallumé un beau petit feu.


Alors, on fait quoi avec tout ça maintenant?

Eh bien demain, première heure "je fais ce que je sais que je dois faire" et j'appelle pour demander encore plus d'aide. De l'aide professionnelle. De l'aide médicale possiblement et naturelle, évidemment.


Je sais que ma montagne russe va redescendre et cette fois-ci, plus que jamais, je veux être prête à l'accueillir. Je veux être outillée pour l'affronter avec douceur pour que ça arrête de me causer autant de douleur et d'inconfort en dedans quand je vais redescendre de mon nuage et que l'anxiété va venir se pointer le bout du nez. Parce qu'il y a beau avoir des rétrogrades de Mercure, des éclipses et toutes sortes de cycles (magnifiques) qui nous influencent, je mérite de me retrouver. De retrouver mon beau grand bonheur, le vrai, le durable, avec des hauts et des bas que je me sens apte à vivre, pas ceux qui sont venus en quelque sorte me pourrir la vie récemment. La lourdeur au quotidien, ce n'est pas "moi" ça et je le sais.


Alors, aux grands maux les grands moyens.

On se regarde dans le miroir, on inspire, expire...

Et on avance avec amour dans la bonne direction, celle de la guérison.


Je suis enfin prête à prendre en main ma santé mentale et ma santé hormonale.

J'ai hâte pour la suite et je suis très optimiste.


Avec amour, Karine




#bienêtre #hypersensible #hypersensibilité #bonheur #santémentale #preventionsuicide

113 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout